Les termes du mariage apparemment nous en défendent : « jusqu’à ce que la mort nous sépare » est l’injonction de trop.

Ce qui demeure, ceux qui demeurent le sont à notre insu. Ils s’invitent lorsque la scène est déserte lorsque le ciel nous monte aux yeux — assez que pour percevoir sans saisir, éclairer sans troubler.